Rythmes scolaires : Levons les tabous !

visuel rythmes SE-UnsaLors des différents comités de suivi des 12 et 13 juin derniers, le Se-UNSA s’y est fait l’écho de votre voix sur la base des ses enquêtes, sondages et visites d’école.

Nous avons rappelé qu’il n’y aura pas de consensus sur la question des rythmes scolaires au vu de la manière dont  a été amenée de cette réforme et le choix du dispositif parisien. Seuls des compromis pourraient émerger. Le Directeur d’Académie lui-même en a convenu. Pour le SE-UNSA Paris, ces compromis pourront être envisagés si les administrations acceptent de lever certains tabous.

Le tabou de la régularité des journées

En annonçant que le dispositif serait « stabilisé sans être figé », le Rectorat et la Mairie coupent court aux rumeurs d’évolution notable en terme d’horaire dès la rentrée 2014.

Les groupes de travail du Rectorat (Maternelle, Elémentaire, formation commune PE-ASEM) créés à l’occasion des transformations sur les rythmes ont livré des résultats qui répondent à des problématiques du quotidien qui vont au-delà des rythmes. Le Se-UNSA a insisté sur les dates tardives de sortie des différents outils que ces groupes ont produits (répertoires de « bonnes pratiques », exemples d’emploi du temps, de séances, d’organisation de la classe, de signalétique de l’école…) ainsi que sur l’importance de leur caractère non obligatoire de mise en œuvre. Nous avons aussi déploré que la question de la régularité des journées n’ait pas été posée dans ces termes. Le Rectorat a changé de variable et s’est posé la question de la régularité de la semaine, avec son alternance de durée de journées.

Pour le SE-UNSA, Mairie et Rectorat doivent accepter de revoir l’organisation temps extra et périscolaire, y compris avec tous les dispositifs Education nationale existants (accompagnement éducatif, coups de pouce, alem…). Cela doit être fait, sans se baser sur le dispositif existant mais en partant d’une grille horaire vierge de toute contrainte financière pour l’aborder sous l’angle pédagogique et éducatif. Ensuite, il faudra que chacun prenne sa part de responsabilité.

Le tabou des locaux et du matériel

Tous les représentants des personnels ont dénoncé l’inefficacité du protocole mis en place et ont réclamé des solutions concrètes quant à l’usage et au respect des locaux, ainsi que du matériel soient apportées pour la rentrée 2014.

Mairie et Rectorat ont reconnu le problème… à suivre !

Le tabou de l’évaluation

La Mairie l’a levée avec l’audit d’ICC (organisme indépendant chargé d’évaluer l’impact sur les personnels et les enfants) et de son inspection générale (chargée d’évaluer le fonctionnement du dispositif).

L’inspection générale en a conclue qu’il fallait avancer sur 4 sujets : le dispositif en Maternelle, le Nettoyage, la stabilisation et renforcement des équipes d’animation et la coordination avec l’Education nationale

ICC a préconisé les mêmes pistes de travail au final, en ajoutant le nécessaire travail sur l’harmonisation entre équipes pédagogiques et d’animation, la qualité des ateliers proposés, la liaison avec les parents et  les inégalités territoriales.

Nous demander les rapports à 75@se-unsa.org

La Mairie travaillera donc sur ces axes et a d’ores et déjà prévu des évolutions pour l’an prochain (cf. les clarifications)

De son côté, l’Education nationale a diligenté un rapport de son Inspection générale. Elle est venue dans notre académie en janvier et fournira son rapport prochainement. Le Se-UNSA a demandé à ce que le Rectorat de Paris fournisse sa propre analyse en élaborant des critères objectifs. Le Directeur de l’académie a reconnu qu’il fallait engager une évaluation académique dès l’an prochain.

Quelques clarifications tout de même

– Le Directeur d’Académie a été très clair quand les fédérations de parents d’élèves voulaient imposer des temps de travail commun aux équipes pédagogiques et d’animation. Le principe de volontariat, que nous défendons depuis toujours, a été réaffirmé. Ces temps seraient effectués sur le temps de service et non sur notre temps personnel.

– De même, il a été rappelé qu’il n’était pas réglementaire d’inscrire le REV comme membre du conseil d’école.  Il peut en être invité mais Mairie et Rectorat reconnaissent qu’il manque certainement un autre temps d’échange entre parents et REV-équipe d’animation pour éviter que les conseils d’école ne soient dévoyés en conseil du périscolaire.

– La Mairie prône la fin du productivisme des ateliers, surtout en Maternelle, et préconise une répartition en 3 temps de l’ARE : temps de jeu en autonomie, activité plus physique, temps calme de fin de séance. Pour tous, elle invite les écoles à se saisir du périscolaire pour mener un projet de l’école (exemple : ateliers d’un trimestre autour de décors et de costumes pour finaliser un spectacle …)

– La Mairie va rouvrir la discussion des emplois du temps, du statut et des tâches de ses personnels, notamment pour permettre un meilleur nettoyage des écoles.

La FCPE est très attaché à la création d’un cahier de liaison commun du scolaire et du périscolaire. Le Se-UNSA a avancé les arguments qui avaient fait changer la Mairie d’idée en janvier et sera vigilant l’an prochain à ce qu’une telle usine à gaz n’apparaisse pas dans les cartables de nos élèves.

Publicités

Une Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :