Rythmes scolaires : Le prix à payer

De retour du comité technique qui traita de la modification du règlement type départemental et des dérogations demandées par les écoles.

Voici notre intervention liminaire ainsi que notre vote :

Nous allons utiliser ironiquement les arguments des défenseurs de ce décret qui ne nous convient toujours pas. Les quelques « problèmes » que je vais vous énoncer ne seront que « dommages collatéraux » pour eux, au regard de l’apport d’une demi-journée dans la semaine.

–         Les locaux : une charte existe, et nous étions partisans d’un document clarifiant les choses. Toutefois, et vous le verrez, M. le DASEN, avec les motions que nous vous remettrons jeudi, que ce texte n’est pas satisfaisant. Il n’existe aucune contrepartie en cas de non-respect des travaux des élèves et des enseignants après la classe. Ah oui, ce n’est pas grave, ce ne sont que des dommages collatéraux…

–          Les élèves de petite section que l’on va réveiller à 14h20 pour leur assurer une continuité et une régularité ? Cela ne concerne que peu d’enfants… Dommages collatéraux.

–         Les collègues à temps partiels voire en « contrat enseignant » pour leur mode de garde qui seront dans l’impossibilité de faire garder leur(s) enfant(s) le mercredi ? Ils devront certainement avoir recours à des arrêts maladie contraints pour s’en occuper, surtout dans les communes où on ne « passe » pas en 2013 (près de 90% en Ile de France). Ce ne sont que quelques collègues après tout, dommages collatéraux.

–         Les directeurs sans texte cadrant leurs responsabilités ? Près de 660 directeurs et directrices. Dommages collatéraux.

Enfin, les dérogations, au regard du peu de remontées, le message a du être clair dans les circonscriptions ! Or, si on se reporte à l’origine du décret, de changer les rythmes scolaires pour les adapter aux élèves pour leur permettre de mieux apprendre, les dérogations pouvaient être un meilleur reflet que le choix du DASEN et de la Mairie.

Après notre intervention. Le DASEN a reconnu les problèmes soulevés et a déclaré que c’était en effet certainement le prix à payer pour le gain de la demi-journée.

En ce qui concerne les dérogations, on a encore une fois loupé le coche de l’opportunité que certaines écoles avaient saisi pour revoir les rythmes de leurs élèves. Certaines initiatives, harmonisées à l’échelle d’une circonscription, seraient refusées au motif du problème d’organisation que cela soulevait. D’autres projets seraient retoqués d’emblée car ils proposent le samedi matin à la place du mercredi. Les avis définitifs seront donnés en Comité (CDEN) ce jeudi.

Nous sommes intervenus également pour faire modifier le règlement au niveau de la laïcité des accompagnateurs en sortie. Cela sera remonté au Ministère car le DASEN attend le nouveau règlement type national pour changer le départemental.

Les modifications du règlement intérieur ainsi que les dérogations ont été soumises en même temps au vote. Le SE-UNSA a refusé de voter contre cet ensemble car il faut que les dérogations soient accordées, que les efforts des équipes ne soient pas perpétuellement vains, car loin de vouloir accompagner le décret, elles les ont faites en fonction de leur réalité, de leurs élèves.

A voir la faible mobilisation à l’appel de la grève de jeudi, nous pensons qu’il est temps de changer de stratégie. Nous nous en sommes déjà expliqué, le ferons à nouveau lors du CDEN du 6 juin et passerons rapidement aux actes.

Pauline Le Clercq, élue CT pour le SE-UNSA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :