Rythmes scolaires: contre la zizanie instillée par ce décret

logo_unsaeduc_72x72Pour le SE-Unsa Paris, engagé dès le départ dans l’intersyndicale sur les rythmes scolaires, il n’a jamais été dans notre vision du syndicalisme d’opposer les uns aux autres. Dans un contexte de tensions fortes, où la fonction d’animateur a été inutilement caricaturée par certains, le SE-Unsa Paris n’a jamais versé dans l’outrance ou l’attaque malveillante et blessante.
Notre vision du fonctionnement de l’Ecole est fondée sur le respect des personnels, de tous les personnels qui y interviennent, quelle que soit leur fonction.

Pour le SE-Unsa Paris, s’il ne doit pas y avoir de confusion entre le temps scolaire et le temps périscolaire, il y faut une nécessaire harmonisation, au bénéfice des élèves et notamment de ceux qui sont les plus en difficultés.
C’est un des rôles qu’assume le directeur d’école à Paris. Il nous semble indispensable qu’il le conserve.

Le nouvel aménagement du temps périscolaire, voté par le conseil de Paris, va nécessairement induire de nouvelles tâches pour les personnels relevant de la collectivité municipale.

Dans ce cadre, le SE-Unsa Paris se gardera de porter le moindre jugement sur la valeur des personnels communaux ni sur leurs revendications, notamment indemnitaires. Il importe, donc, à chacun des acteurs de respecter ce principe d’intervention.

Ces derniers mois, nous avons constamment dialogué avec les autres syndicats de notre union l’UNSA :
– Le SNADEM syndicat des PVP
– L’Unsa animation
– L’Unsa Asem-Ate-gardien(ne)s
– Le SNEA un des principaux syndicats des personnels enseignants des conservatoires

Nous continuerons à le faire, en toute franchise, en défendant, tout à la fois, l’intérêt des élèves qui nous sont confiés et celui des enseignants.

Publicités

2 Réponses

  1. Bonjour,

    Votre position est de bon sens, et je vous remercie de vous être positionné clairement et relativement rapidement. Elle est rassurante pour tous les directeurs parisiens.
    Cependant, il semblerait que la « zizanie » que vous supposée « instillée par ce décret » soit provoquée par l’UNSA-Animation qui a, je peux vous le garantir, provoqué une très vive réaction chez les directeurs parisiens. Qu’ils se plaignent de la stigmatisation dont souffre leur personnel est probablement légitime, stigmatisation qu’ils ont, sans doute, pu observer sur le terrain. Mais, de toute évidence, leur attitude, par ces révendications et ces prises de positions radicales, est un mépris tout aussi condamnable que celui dont seraient victimes les animateurs, et qu’ils dénoncent. En outre, il va de soi que, si ce mépris de l’animation existe réellement dans le corps enseignant, il ne sera probablement pas apaisé par cette attaque virulente et n’encouragera sûrement que très peu les directeurs d’école à travailler avec les directeurs de centre de loisirs.

    Depuis quand les syndicats portent-ils comme valeur le bien-être (et l’amélioration des conditions de travail) des uns au détriment de celui des autres ? Depuis quand le raisonnement syndical se fonde-t-il sur l’opposition des partenaires ? Le combat pour la défense des conditions de travail et la lutte contre leur dégradation ne doit pas passer par le matraquage et ou les objurgations en tous genres d’un métier qui n’est ni un ennemi pour l’animation, ni la cause de son statut parfois précaire.

    Vous pourrez évidemment transmettre ce message à l’Unsa-Animation, et je vous confirme ma colère à la lecture de leur papier, considérant que tous les syndicats de l’Union devraient afficher, si ce n’est une position commune, une attitude respectueuse envers ceux que défendent les autres syndicats de l’union.

    Un directeur parisien.

    • Cher Raphael,
      Le message passe, pas d’inquiétude. Nous nous affichons effectivement en Union et travaillons ensemble, malgré les revendications propres à chaque métier, parfois opposées au vu des missions qui se chevaucheront avec la mise en place des nouveaux rythmes à Paris (surtout pour les directeurs/trices). Nous avons fait le choix d’avancer dans le respect de ces revendications respectives tout en cherchant nos points communs. Nous ne sommes pas seulement dans le rejet en bloc et systématique de tout, comme le font plus aisément d’autres unions que vous connaissez bien. Par ailleurs, bien peu affichent ce qu’elles veulent exactement. La voie du réformisme n’est pas la plus aisée mais c’est celle qui nous a permis d’avancer sur bon nombre de sujets. C’est bien cela qui nous caractérise.
      Cordialement,
      L’équipe parisienne du SE-UNSA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :