Rapport d’activité du SE-Unsa Paris

RAPPORT D’ACTIVITE DE LA SECTION DE PARIS DU SE-UNSA 2010/2013

 

Le congrès national du SE-UNSA se tiendra à Marseille en Avril 2013. Il lui appartiendra de tracer les pistes de notre action future (cf rapport d’activité national sur le site du National).

Depuis le dernier congrès départemental en 2010, bien des événements ont eu lieu. La section de Paris en a été partie prenante,  soit relais du syndicat national, soit protagoniste direct.

Ce rapport d’activité départemental ne se prétend pas exhaustif mais vise simplement à aider chaque adhérent à se remémorer les moments forts de ces trois années et les choix syndicaux de notre section.

 

Dynamiser le SE-UNSA Paris

Rapport du secrétariat académique

 

Les membres du Conseil Syndical sortant s’étaient retrouvés sur ce thème porté tout au long de son mandat trisannuel. Trois axes avaient alors été fixés pour y parvenir :

-        La clarification des positionnements choisis démocratiquement et la communication de ceux-ci de la manière la plus large possible.

-        Le renforcement du réseau de militants et d’adhérents afin d’être davantage accessible à tous par une proximité du terrain renforcée.

-        La restauration des liens entre la section du SE-UNSA Paris avec les autres syndicats de notre Fédération (l’Unsa éducation) et de notre Union (l’Unsa).

 

Cette ligne de conduite nous a permis d’augmenter sensiblement notre audience, traduite notamment par le nombre d’adhérents voire de votants aux élections professionnelles. Cependant, il nous reste maintenant à amplifier ce développement auprès du plus grand nombre, tout particulièrement dans le Secondaire.

 

L’invitation de tous les adhérents au Conseil Syndical deux fois par an, la sollicitation des collègues à aider les permanents aux tâches de la section, le pot d’accueil à la rentrée… sont autant de signes d’ouverture de l’équipe parisienne. Elle n’a pu que mieux fonctionner grâce à cette contribution de chacun.

 

Le réseau de correspondants rénové ainsi que nos visites et tractages récurrents dans les établissements parisiens nous incitent à organiser davantage cette action de terrain. Elle fût parfois menée grâce aux relais que nous offrent nos collègues de l’Unsa éducation et de l’Unsa.

 

La mobilisation inédite autour d’une liste commune de la Fédération pour le Comité Technique Académique nous a permis de chercher les points d’accord qu’il pourrait y avoir entre tous les personnels ayant à voir avec l’Ecole. Nous avons procédé, par là-même, à des échanges d’informations capitales pour avancer dans le renseignement, l’accompagnement voire la défense et de tous les collègues qui nous ont contacté.

 

Charge à présent au nouveau Conseil Syndical, pour lequel tu es amené(e) à voter, de transformer l’essai !

 

 

Rapport du Premier Degré

 

Le contexte national

Comme tous les départements, nous avons dû mettre en place les réformes imposées par le précédent gouvernement. En 2009,  l’arrivée d’un nouvel  inspecteur d’Académie (maintenant appelé DASEN) a permis de tempérer le zèle de certains ICC. Les conditions de travail n’ont, cependant, pas  cessé de se dégrader : toujours plus de paperasserie, suppression de postes, programmes alourdis…..

Au niveau national, le SE-Unsa a toujours fait prévaloir l’intérêt des collègues.

 

Au plan local

Lors des commissions  paritaires, nous avons systématiquement fait valoir les positions du SE-UNSA : strict respect des règles et barèmes départementaux pour les changements d’échelons, l’accès à la hors-classe, le mouvement… Chaque dossier confié par nos adhérents a été vérifié et défendu en commission.

 

Comme nous nous étions engagés à le faire, chaque CAPD, chaque audience, a fait l’objet d’une communication à tous les adhérents, dans un premier temps, et à l’ensemble de nos collègues dans un second temps.

 

Par ailleurs, les bonnes relations avec les services administratifs du rectorat ont permis de résoudre rapidement les problèmes ou questions soulevés par nos collègues.

 

Les prises de positions et les accords obtenus par le SE-Unsa 75 :

- consigne syndicale claire sur l’obligation d’accueil des élèves en cas d’absences d’enseignants non remplacés

- Mobilisation, à notre initiative, des directeurs sur l’indemnité de collecte goûter/étude

- demandes maintes fois formulées d’accorder le temps partiel à 80%. (Possibilité dorénavant offerte aux collègues).

- Obtention d’une aide administrative à la direction d’école

- Position parisienne sur les rythmes scolaires, à l’origine de l’intersyndicale

- Mobilisation contre le décret (maintenant abrogé) de modification des changements d’échelons et d’évaluation des enseignants.

 

Encouragés par une progression de +1.5% aux dernières élections professionnelles, nous allons développer les visites de terrain pour renforcer le lien avec la profession et être au plus des préoccupations  des personnels.

 

 

 

Rapport du Second Degré

 

Dans le second degré, depuis 2007, nous avons pu mesurer combien le fossé s’était creusé entre le discours et la réalité. D’un côté, dans le cadre des CTPA et des CDEN, l’administration vante et contractualise les objectifs de son projet académique, de l’autre, en application des décisions budgétaires, elle ferme des postes, supprime des emplois.

L’assouplissement de la carte scolaire des collèges ne favorise pas la mixité sociale. Alors que la démographie scolaire est restée relativement stable, la répartition des moyens au nombre d’élèves de l’établissement a entraîné de nombreuses suppressions de postes dans les établissements les plus difficiles.

La diminution des effectifs de personnels formés dans le domaine de la vie scolaire (suppression des MI-SE), n’est sans rapport avec la montée de la violence.

Dans le cadre des GT du CTPA, nos interventions ont également porté sur les améliorations du barème du mouvement interne des professeurs du second degré. Par exemple, une bonification spécifique de stabilité dans le poste a été instaurée pour facilité la mobilité des collègues parisiens. C’est aussi dans ce cadre, que nous avons demandé et enfin obtenu, malgré l’opposition du SNES et de FO, un mouvement particulier pour les PEGC.

 

Le rôle d’une section départementale est mixte : relayer les actions nationales mais aussi intervenir sur les dossiers locaux. Le souci de l’équipe fut d’abord, dans cette période de renforcer notre identité du Syndicat des Enseignants. Notre syndicalisme se doit d’être un outil efficace. Dans un département/ville/académie aussi particulier, il faut en effet défendre un système éducatif paradoxalement victime du statut parisien : omniprésence de la ville de Paris et des interventions ministérielles directes.

 

L’objectif d’accompagner le plus grand nombre de collègues a été timidement atteint. Toutefois, nous avons réussi, pour tous ceux qui nous ont sollicité, à intervenir pour faire valoir leurs droits. Cela s’est concrétisé aussi bien auprès de leurs chefs d’établissement pour de problèmes d’emploi du temps, de gestion d’élèves ou bien auprès de Rectorat pour des affectations hors discipline, barèmes de mutations…

 

Avec ses forces et ses faiblesses, la section de Paris du Syndicat des Enseignants, s’est efforcée de rester cohérente dans ses revendications.

 

 

 

Rapport Jeunes Enseignants et Stagiaires

 

Rien n’a pu empêcher la masterisation. Les IUFM sont absorbés par Paris IV La Sorbonne et n’ont plus qu’un rôle d’accueil géographique. Les élections au conseil d’école de l’IUFM changent. Année scolaire 2010-2011 : les étudiants et les stagiaires sont éligibles et électeurs, l’année suivante seuls les étudiants le sont (les stagiaires pouvant toutefois être électeurs, mais pas élus), en 2012-2013, les stagiaires ne participent plus à la vie de l’IUFM (même s’ils y viennent de temps à autre pour des conférences pédagogiques ou des cours très ponctuellement).

Le SE-Unsa 75 assure néanmoins une permanence tous les mardis midi à l’IUFM Molitor qui a un succès très relatif en 2010-2011 qui impliquera une permanence un mardi sur 2 l’année suivante et une réorganisation en 2012-2013 (2 mardis sur 4 à Molitor et 1 mardi sur 4 aux Batignolles avec présence d’un militant du 2nd degré car les stagiaires 2nd degré y sont plus présents).

Le désintérêt des jeunes collègues (voire la peur de l’inconnue) pour les syndicats est flagrant et de plus en plus marqué. Mais quoi de plus normal lorsqu’on est qu’étudiant ! Les M1 sont encore loin de s’imaginer prof, les M2 sont submergés de travail et les PES-PSTG (anciens PE2-PLC2) sont moins nombreux et lâchés dans des classes quasiment à temps plein et surtout dès la rentrée… les priorités des uns et des autres sont ailleurs.

Il nous reste néanmoins des petites astuces pour se faire connaître : actualisation des panneaux syndicaux dans les IUFM, laisser en libre service des publications très ciblées ainsi que des bonbons (à noter que les agendas et les blocs notes ont beaucoup de succès).

 

Concernant les différents concours :

-          Le CRPE a lieu désormais en septembre pour la phase écrite et les 3 académies d’Ile-de-France sont regroupées dans 2 centres d’examen. Le tract du national étant très bien réalisé pour ce concours 1er degré, nous nous sommes organisés à 3 (Créteil, Versailles, Paris) pour tracter pour tous. Ce tractage apporte des retours à N+2 et permet cette année de syndiquer quelques étudiants dans les 3 académies.

-          Pour les concours du 2nd degré nous faisons cavalier seul et à Paris l’énergie dépensée à tracter pour 0 retour ne nous motive pas à réitérer les expériences. L’arrivée d’un coordinateur pôle Ile-de-France cette année pourra certainement nous aider au mieux.

 

Les autres façons de toucher les stagiaires :

-          Les lettres en ligne chaque semaine et quelques mails plus spécifiques (6 ou 7 dans l’année selon l’actu) à leur discipline ou aux changements (attractifs comme la rémunération, les indemnités, les muts) qui s’opèrent. Rmq : pas de lettre en ligne spécifique jeunes pour ne pas les inonder de mails mais le blog et facebook sont à leur disposition.

-          Mais également un courrier papier (synthétisant temps forts, sujets d’actu et info sur le SE) envoyé dans leurs établissements, qui permet de toucher TOUS les stagiaires (ce genre de courrier est efficace, les retours sont plus nombreux).

-          Le meilleur pour la fin : la visite d’établissement. C’est incontestablement le moyen le plus efficace pour nous faire connaître et fidéliser (sans toujours parler de faire syndiquer) mais le rendement doit être calculé, les visites organisées et planifiées pour un maximum d’effet ! (permet notamment d’actualiser SE2001, le panneau syndical et donner une bonne image en se déplaçant)

 

Pour conclure, il est de plus en plus compliqué de syndiquer les jeunes. Le militantisme se perd, le syndicalisme n’a pas la cote chez les jeunes qui en méconnaissent le fonctionnement et les rôles et qui a une image obsolète ! De plus, nous voyons apparaître un public « consommateur » : ils appellent, se renseignent, disent être intéressés par la syndicalisation mais ne sautent jamais le pas… Opportunisme, oubli, manque d’argent… ?! Nous nous y adaptons avec méthode et échange entre nous, il faudrait s’entrainer à faire des études de cas mais ceci est un autre sujet !

 

 

Rapport ASH

 

Défense des personnels  spécialisés et de leurs missions.

Nous avons  constamment défendu  la structure et les  postes RASED,  l’existence et les spécificités des formations spécialisées toutes options. Autres  exemples de préoccupations : L’information sur les formations, faire évoluer les réunions d’infos aux candidats (Mieux en 2012). le suivi des postes soutien, la  défense des postes CAPP…
Nous avons suivi, analysé les problèmes de  pilotage des postes RASED, fait des propositions concrètes… (Par exemple : risque d’abandon des concertations, danger de l’indifférenciation E et G).Nous avons rappelé régulièrement la mise en cohérence des besoins sur le terrain avec l’évolution des missions (Audiences DASEN).

 

Une réflexion a été engagée pour la reconnaissance des CAPASH, comme diplômes professionnels.

Nous développons la communication sur la « lisibilité » des fonctions des maîtres spécialisés, en lien avec les associations professionnelles, l’équipe de formateurs du Collège ASH, en intégration au Collectif RASED quand nécessaire. (Exemple : Faire connaître le film « Un parmi les autres). Lentement  mais sûrement, différents « partenaires » acteurs de la défense du travail spécialisé sont mis en réseau. (Rencontres et  réseaux sociaux).
Recherches

 

Comment articuler le   travail des maîtres spécialisés et celui des  autres personnels, en prévention de la violence ?

Comment éclaircir et faire comprendre le statut de « personne ressource « bien  différent de celui d’expert ?

Comment démontrer  la notion  essentielle et vitale de PREVENTION ?

Quelles répercussions de tout cela dans les emplois du temps, les modalités de travail ?

De même pour les SEGPA, ULIS et autres structures existantes dans le secondaire.

Accompagnement et Actions
Il est toujours indispensable d’être très réactif aux demandes d’aide et démarches pour (re)gagner la confiance et (re)syndiquer les collègues spécialisés.

Pour cela, nous avons engagé  différentes actions: Entre autres, projection de film-débat, envois ciblés et mise en  ligne de documents, envois d’infos systématiques, rédaction d’articles, participation à des audiences en équipes, contacts presse, recherche de « VIP » ou sujets forts pour la lecture du journal, propositions d’aide aux collègues qui perdent leurs postes… Prémisses d’une fanfare intersyndicale!
Nous avons assuré la continuité dans le suivi de la bonne marche des formations spécialisées, des candidatures CAPASH et des difficultés des collègues qui repassent l’examen. (Aide particulière aux candidats au CAPASH sans postes, ainsi qu’aux collègues MDPH dans le même cas. Alerte sur la souffrance des personnels liée à la création des CHS-CT).

 

 

 

Rapport Secteur Retraite

 

Les estimations de pension sont au cœur du secteur retraite. Elles furent nombreuses au cours des trois dernières années les collègues syndiqués étant très demandeurs à la suite des réformes engagées dans ce domaine. Ces calculs succèdent  généralement à une visite d’établissement ou à la RISTT organisée sur ce thème chaque année avec l’aide du National.

Nos collègues retraités sont également sollicités le mercredi pour des envois en nombre. Chaque année une Réunion conviviale leur est destinée. 

 

 

RAPPORT COMMUNICATION

 

Depuis 3 ans, le SE-Unsa a tenté de revoir sa communication et d’être au cœur de l’actualité et au plus près de ses adhérents et des collègues.

Chaque semaine, nous vous proposons une lettre en ligne avec des articles en direct de l’actualité et des liens directs pour vous aider à mieux décrypter cette actualité.

Par téléphone ou par mail, nous tentons de vous fournir une réponse la plus rapide et la plus exacte possible. Nous vous orientons vers d’autres interlocuteurs quand cela est nécessaire.

Avec l’Enseignant de Paris, nous vous offrons une publication couleur riche d’informations.

Nous essayons de nous imposer de plus en plus dans le paysage médiatique.

 

 

 

 

 

 

 

About these ads

Une Réponse

  1. satisfaisant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :